La nouvelle économie – et l’amour là dedans ?

599739_522859137795011_1902507077_n

Je me suis levé ce matin ayant fait ce rêve troublant d’un maître venant me dire “Souviens-toi que la plus belle vertu de l’humain est l’amour”…

Mais quel lien entre l’amour et mon sujet de prédilection, la nouvelle économie?

Essayons une thèse par la négation. Travailler, mais sans amour…

1. Apprendre: 

Pour avancer – surtout à partir de 2015 – il faut avoir envie d’apprendre, de progresser, développer curiosité pour toutes sortes de sujets. Pour ça, il faut s’aimer, puis aimer apprendre. Aussi, nous avons besoin des autres, dans une démarche d’ouverture. Cela doit aller de pair avec une dimension aimante. Sinon, on a pas accès à la vraie et la bonne info.

2. Travail en équipe:

Essayez de bosser ensemble sans s’aimer, en se méfiant, avec jalousie, cynisme, hypocrisie et haine. C’est évidemment impossible. Un esprit et fonctionnement d’équipe solide ne peut se construire que sur base de respect, d’ouverture, de reconnaissance, bref, autant de dimensions d’amour filial.

3. Clients, fournisseurs et parties prenantes:

La relation stratégique avec les partenaires comme les clients, ne peut durablement se construire que sur base de confiance, d’écoute, de partage, de co-création. Les relations basées uniquement sur le prix, ou sur la contrainte ou la peur, sont non durables car vont tôt ou tard se faire couper par un autre, avec de meilleures conditions. Ce type d’alliance doit effectivement s’apprivoiser car n’est pas inscrit dans nos habitudes.

4. Les projets:

Tous les projets, entrepreneuriaux, intrapreneuriaux, de changement, de RSE, ont besoin d’un “drive”, d’une poussée importante. Cette énergie ne peut pas venir de la peur ni de la contrainte. Elle ne peut que venir d’un désir profond d’aboutir, porté par un besoin fondamental de réalisation de soi – à nouveau, porté par une forme d’amour de soi et de la vie en général.

5. Energie au travail, motivation:

La motivation de se lever, d’aller au “travail”, de passer des heures dans un lieu avec des personnes, ne peut qu’être porté par une dimension émotionnelle vertueuse. Non pas ces énergies de contrainte et de peur, mais celles portées par l’amour du travail et des gens est celle qui sera le plus profitable pour tous.

6. Innovation créative:

Dans une période de transition, la meilleure énergie est celle de la créativité. Offrant ouverture sur le monde, sur les autres, porteuse de renouveau, et créant de tout nouveaux liens créateur de valeur, l’amour du “passage” vers un autre monde, vers l’entreprise de demain, aide à déployer la plus grande puissance de contribution innovative.

Conclusion:

L’Economie Systémique, oui, avec ses 3 clés de base, incarne parfaitement toutes ces dimensions d’amour, bien au-delà d’une méthode nouvelle ou d’un “truc”. Autant dans sa raison d’être, contribuant au bien commun – le don de soi, de son excellence au monde – que dans ces processus, la mesure de la valeur immatérielle, incluant l’émotionnel. Mais aussi dans ses outils de collaboration avec tout son écosystème de parties prenantes: les contrats de collaboration stratégiques de demain.

Michel de Kemmeter

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s